• Eklabugs | Le féminisme, mon féminisme

    Hey ! Je sais que la session Eklabugs a eu lieu mais je me suis dis que de toute façon je n'avais pas suffisamment de temps pour rédiger un article sur le thème du féminisme, qui était le thème de la session d'avril. Déjà parce qu'avant mes vacances (le 25), je n'avais pas le temps du tout, et puis aussi parce que, comme je l'ai peut-être déjà dit ici ou sur mon autre blog, souvent sur un sujet comme celui-ci j'ai tellement de choses à dire, j'ai envie de faire quelque chose de complet, d'informé donc je n'avais vraiment pas le temps de faire ça en si peu de jours. Et puis je me suis rappelé l'existence du rab sur Eklabugs et je me suis dis que j'avais pas besoin de faire un article super complet, juste de parler de ce que j'ai envie de parler sans forcément parler non plus de TOUT ce que j'aurais à dire. (Et finalement je me suis lancée dans la rédaction de cet article qui m'a pris une soirée parce que j'étais motivée.) Bonne lecture (même si c'est un peu long) !

     

    Je voulais commencer par vous parler de mon parcours à moi, assez rapidement. J'ai toujours été assez révoltée par toutes les inégalités, peu importe ce à quoi elles touchent. Ça m'a saoulé depuis assez longtemps les compartiments filles/garçons, vous savez le classique bleu pour les garçons, rose pour les filles (je me souviens quand j'étais petite, je disais que je n'aimais pas le rose et le violet, parce que c'était les couleurs 'pour les filles'), les jouets genrés plus particulièrement dans les magazines de jouets pour Noël, je n'ai jamais joué aux poupées, j'ai toujours eu horreur des barbies. Honnêtement je ne peux pas vous dire si ça vient de mon éducation, sûrement au moins en partie, mais je n'ai pas les ressources pour le dire. Je pense que je n'ai pas été éduquée selon des stéréotypes genrés, je vivais dans une ferme et j'adorais aller dans le tracteur, j'ai eu des cheveux courts, je mettais aussi des robes (ce que je ne supporte plus), j'avais un tracteur en jouet mais aussi une cuisinière. Bref, pour moi quand j'étais petite, je n'ai pas l'impression d'avoir eu une éducation genrée, j'aimerais m'étendre plus là-dessus mais je n'en ai pas envie parce que ça devient un peu plus personnel.

    Par la suite, au collège, j'ai commencé à me sensibiliser à davantage de sujets et à comprendre un peu plus (à partir de la 4ème surtout). J'avais dû voir quelques vidéos, lire quelques articles et puis surtout on en parlait au collège, plus avec une amie qu'en cours mais c'est arrivé qu'on en parle en cours, rarement et souvent plus entre élèves mais voilà. J'ai aussi découvert le mot 'féminisme', qui me semblait parfois pas très adapté (mais j'en reparlerai plus tard), et même si je ne le criait pas sur tous les toits, je me suis considérée comme féministe.

    Et puis, au lycée, j'ai commencé à m'y intéresser davantage, surtout en première en fait. Sûrement par le choix de ma filière je me suis encore davantage intéressée et renseignée sur les sujets de société, incluant le féminisme. De même pour la politique. En fait, je me suis intéressée à l'éducation et un peu à l'environnement/l'écologie en politique avant ça mais je ne me suis pas vraiment intéressée à la politique en dehors de ça avant cette année.

    Voilà, je vous avoue que je ne peux pas être très précise parce que je n'ai pas forcément d'événements marquants en tête, j'ai du mal à me souvenir de certaines évolutions, prises de conscience.

     

    Je vous disais que le mot 'féminisme' ne m'a jamais trop plu. En fait, pour moi, dès le départ c'était une égalité entre filles et garçons, pas le fait de rééquilibré une situation d'infériorité. Pour moi, il y avait des choses à améliorer pour les filles mais aussi pour les garçons (par exemple, vis à vis des stéréotypes sur les métiers, sur les études, sur les goûts...). J'ai compris plus tard que c'était dû à l'histoire, que ça venait du combat que des femmes avaient mené pour avoir les mêmes droits que les hommes, celui de voter et d'être indépendante entre autres.

    Je pense qu'il y a donc un combat concret à mener, en créant des lois et en les mettant en application certes mais pas que. Je pense qu'une vraie égalité ne sera jamais possible si on ne mène pas le combat sur deux plans : le juridique... et aussi sur le plan idéologique. Pour que dans l'esprit des gens, de tous, ce soit normal qu'une femme soit l'égal d'un homme et inversement, qu'il n'y ait plus d'idée d'infériorité ou de supériorité. Pour moi, c'est logique, ça l'a toujours été je pense même si j'ai peut-être du mal avec 2-3 choses parce que j'ai été imprégnée par la société (du style tel métier est plus associé à un homme ou à une femme), je ne viens pas de Mars. Mais pour d'autres personnes, c'est beaucoup moins logique. Ce qui me remotive parfois c'est de voir qu'il y a quand même une différence entre la perception qu'ont les plus âgé.e.s et les plus jeunes. Alors non, ce n'est pas positif qu'il y ait une différence qui soit faite par les personne les plus âgées mais on voit que ça a évolué.

    On m'a dit il y a longtemps que de toute façon les femmes et les hommes étaient et resteraient différents parce qu'ils existent des différences biologiques entre eux. Je n'ai jamais compris cela avant un cours de philo. En fait, oui, c'est impossible parce qu'on a des modes de pensées qui diffèrent à cause de différences biologiques (un peu indirectement si on veut), notamment en ce qui concerne notre perception du temps. Mais cela ne nous empêchera pas pour autant d'être payé autant, de disposer des mêmes droits, d'être traité de la même manière, mais on reste différent comme chaque individu. C'est toujours difficile qu'on on prône l'égalité d'admettre qu'il y a des différences 'naturelles' mais il faut surtout comprendre qu'elles ne sont pas à l'origine de tout, loin de là.

    Je pense que je ne vais pas m'étendre sur le sujet, mais je pense que la parentalité est un sujet important. Parce que c'est aussi, au moins en partie, ce qui est à l'origine de cette discrimination, des différences de traitement selon le genre qu'il existe dans notre société. C'est l'origine vraiment lointaine, première, qui est pourtant au fondement de nos sociétés je pense mais qui peut être remis en cause grâce aux évolutions. Je pense qu'il est réellement important d'impliquer autant les mères que les pères dans l'éducation des enfants, d'arrêter avec "l'instinct maternel", de ne pas dénigrer le rôle du père, oui un père peut élever des enfants oui. C'est quelque chose qui nous reste, et j'ai l'impression que c'est une chose, une idée, sur laquelle on a encore du mal à avancer. Pour moi, ce n'est pas plus à la mère qu'au père d'élever l'enfant. Souvent, un rôle est assigné au père en tant que père alors qu'un autre est assigné à la mère en tant que mère et ça revient très souvent. Peut-être que c'est un peu lié aussi au fait que les femmes sont considérées comme plus émotives, sensibles.

    Bref, pour moi il y a beaucoup à faire dans l'éducation des enfants pour que l'égalité entre hommes et femmes mais aussi entre tout individu soit naturelle pour eux. Dans la sensibilisation de chacun, peu importe l'âge aussi. Pour moi ça va de pair avec des mesures plus concrètes, que sont notamment les lois, l'un ne va pas sans l'autre.

     

    J'aurais voulu aussi vous parler de l'hypersexualisation du corps des femmes, de l'IVG et de sa contestation, du harcèlement de rue, de la domination masculine et de son expression dans la violence, de la représentation en politique, du rôle de la religion dans ces inégalités, .... et de plein d'autres choses encore mais je crois que j'ai parlé du plus général, de ce dont je voulais parler et peut-être que je parlerais de ces sujets une autre fois, si j'ai suffisamment à dire dessus. 

     J'ai commencé à écrire un article sur le genre il y a bien longtemps, 1 an peut-être voire plus. Mais je ne l'ai un peu laissé de côté parce que je voulais faire quelque chose de complet sauf qu'il y a tellement à dire sur le sujet ! Peut-être qu'un jour je le terminerais, on verra. Je vous laisse les liens d'autres articles sur le féminisme qui ont été écrits dans le cadre de la session Eklabugs d'avril (que je vous invite à lire) :

    maya#love : [Eklabugs] Quelques informations sur le féminisme

    Ella! : { Eklabugs } Le féminisme, un combat pour l'égalité

    Tsunn : Point d'interrogation sur le féminazisme

    Eyael_ : Projet Eklabugs : Aux isthmes, citoyens !

    Décafeine : Pourquoi le féminisme n'est pas une évidence

    sarah nenty : Profils féministes

    Vibe : Etude : quand le féminisme s'en mêle

    Sname : [Eklabugs] Le féminisme: Emma Watson et ses associations qui luttent pour l'égalité

    Mimicat : Eklabugs # 33 : Le féminisme

     

    A bientôt !


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lorraine
    Mardi 1er Mai à 19:44
    Coucou kiki, j'ai aussi beaucoup de mal avec les inégalités. Chez moi on me dit souvent de pas faire un truc parce que c'est pas à moi de le faire... Je comprends que je suis toute fine et frêle mais je peux le faire... Mon prof de sport au lycée était misogyne au pas possible, un type dans mon bus a un niveau assez impressionnant en terme de discrimination homme/femme, jeune/vieux et j'en passe et crois-moi que j'ai longtemps hésité à leur répondre. C'est un peu comme les types qui bloquent ma fac, j'ai envie de leur montrer à tous qu'ils croient à des conneries.
    Bon à part ça j'espère que tu vas bien :')
    • Voir les réponses
    2
    Mercredi 2 Mai à 18:57

    Comme toi j'ai été élevée sans les stéréotypes, mon père fait autant de tâches ménagères que ma mère à la maison, il m'arrivait de jouer aux petites voitures avec mon frère et je me souviens que j'aimais ça, ua babyfoot... Et mes parents n'y ont jamais vu de contraintes ou autres... Mais ce n'est pas pour ça que je ne suis pas au courant des inégalités qui persistent, tout comme toi j'en suis bien consciente! Je suis d'accord que les choses doivent évoluer, doivent changer. Et je pense que notre société doit aussi changer, car quand à Noel on va dans des magasins tout rose pour le rayon fille au niveau des jouets et inversement. Et bien sûr, le rayon poupée bien séparé de celui des voitures. Mais pourquoi?

    Je vais ajouter ton article à la suite du mien, qui est dans le cadre de la session Eklabugs :)

    • Voir les réponses
    3
    Mardi 8 Mai à 04:17
    Intéressant ton témoignage. Perso, je ne sais pas si c'est le fait que ma mère est une personne exécrable mais je rencontre beaucoup d'hommes victimes de la méchanceté et manipulation féminine. Je pense qu'en stigmatisant sur tout on peut tirer des généralités de tout mais si on arrêtait la division à tous les niveaux (genre, ethnie, croyance, position sociale, etc.), il n'y aurait plus de peur, moins d'ego, plus de solidarité et toutes ces horreurs finiraient par disparaitre d'elles-mêmes parce que les gens parleraient et seraient soutenus. Ces bourreaux (aussi bien hommes que femmes) profitent de la division. Bref, c'est utopique sans doute mais c'est la voie et c'est pas une utopie qui va me faire renoncer (la notion de possible ou pas possible, ça aussi c'est une division, un mur qui empêche d'avancer et qui sépare par la loi d'attraction de ce qui croient que tout est possible et ceux qui croient que tout est impossible :lol:).
    • Voir les réponses
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :