• Eklabugs - Janvier 2018 | Orientation (2)

    Hey ! J'avais dis que je reviendrai certainement pour un autre article sur l'orientation, mais pas avec des conseils cette fois. Je profite donc de la 30ème session Eklabugs sur le thème de l'orientation pour le faire. J'ai cherché partout où je suis susceptible d'écrire mais je n'ai pas trouvé, je pensais avoir déjà écrit quelques idées que je voulais mettre dans cet article, quand on parlait énormément d'orientation aux actualités, mais non donc j'espère que je n'oublie pas d'en mentionner certaines.

    • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

     

    Comme je vous disais, vers le début de l'année scolaire il me semble, on parlait beaucoup de l'orientation après la terminale parce qu'APB avait laissé beaucoup de bacheliers sur le carreau, il fallait alors repenser le système. Je précise que mon opinion depuis ce moment-là (vis à vis des mesures qui tendaient à être prises) a évolué, avec justement la mise en place d'un nouveau système, l'explication de celui-ci...

    Ce qui m'a beaucoup énervée dans un premier temps c'est qu'on parlait des bacheliers laissés sur le carreau par APB mais aussi du manque de logements étudiants. Depuis quelques décennies, l'accès à l'enseignement supérieur a énormément progressé mais les structures n'ont pas suivies – tout comme l'emploi bien que ce soit à nuancer mais bref, c'est là un autre débat. Donc, c'est d'abord une bonne chose (je pense) que de plus en plus de jeunes aient accès aux études supérieures mais ça on n'en a jamais entendu parlé, c'est sûr que c'est compliqué de mettre les moyens pour développer les structures et que le marché du travail n'est pas forcément en capacité d'accueillir tous les diplômés de l'enseignement supérieur à la mesure de leurs capacités.

    Je pense aussi que la problématique de l'orientation ne réside pas uniquement dans un algorithme. Pour moi, le problème principal c'est l'information sur les études supérieures. Bah oui, parce qu'à ce moment là on n'entendait pas parler des questions de fond du tout, même si depuis je trouve qu'il y a des mesures qui sont prises dans le sens d'une meilleure information. Pourquoi les filières (licences) en tension sont celles ci et pas d'autres ? La plupart des filières/licences en tension sont idéalisées – c'est pas nouveau – puisqu'elles concernent majoritairement des domaines peu ou pas connus des élèves de terminale parce qu'on n'a jamais eu ces matières au lycée et souvent mal connues. Nombreux sont les élèves qui, par exemple, se sont retrouvés en fac de psycho en ne sachant pas qu'ils auraient des cours de biologie.

    Et puis, je trouve qu'on manque beaucoup d'informations de manière générale sur les formations de l'enseignement supérieur. Oui, il y a des salons, oui il y a un tas de sites internet, oui il y a plein de documents. Mais j'ai cette impression qu'il y a la fois énormément d'informations et assez peu. Pour moi, quand on présente une formation (notamment quand ce sont les établissements directement c'est-à-dire aux portes ouvertes, dans les salons, dans les prospectus...) en général on essaye de convaincre donc les éventuelles difficultés ne sont pas toujours mises en avant. Et puis les possibilités d'échanges avec des professeurs ou des étudiants, ces derniers restants à mon sens les mieux placés étant donné qu'ils se trouvaient dans notre situation de lycéen (je réduis, mais il peut y avoir des profils plus variés) il y a peu de temps. La plupart des échanges possibles avec eux, ce sont les portes ouvertes et les salons sauf qu'au final un salon n'a (en général) lieu qu'une seule fois dans l'année et même chose pour les portes ouvertes et c'est très court. Il y a une multitude d'informations à connaître sur une formation et il est totalement impossible de connaître toutes les formations.

    Aussi, je voulais parler de quelque chose d'autre. J'ai l'impression (mais peut-être n'est-ce qu'une impression) que lorsqu'on nous parle d'orientation on nous parle de nos résultats scolaires etc mais on ne met pas l'accent sur la possibilité que nous offre le supérieur de se servir des compétences qu'on a acquises en dehors de l'école, de ce qui nous passionne en dehors de l'école. Alors oui, on en parler et oui, en même temps ce n'est pas les profs qui vont pouvoir se prononcer là-dessus mais je trouve qu'on n'en parle pas assez et que c'est bien dommage parce que certains ont du mal à trouver quoi faire alors qu'ils ont des possibilités (en creusant un peu) de faire ce qu'ils aiment mais qu'ils ne font pas à l'école.

    Je voudrais aussi parler rapidement de cette pression sur l'orientation. Depuis que tu es tout·e petit·e, on te demande "Qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras grand·e / plus tard ?". Quand tu es vraiment petit·e, on rit parfois et puis quand tu commences à grandir – vers 13 ans je dirais – on te poses toujours la question mais on attend une réponse plus 'sérieuse', on s'attend presque à ce que tu saches déjà exactement ce que tu veux. Je trouve ça dommage, l'adolescence c'est une période de la vie où on grandit énormément – physiquement comme mentalement – et devoir choisir parfois dès la 3ème "ce qu'on veut faire de notre vie" c'est assez angoissant, même en terminale c'est difficile. Evidemment, on ne peut pas dire que ce n'est pas important, que de toute façon on pourra changer, les questions des autres amènent à réfléchir sur ce qu'on veut faire ce qui en soit reste assez important mais j'aimerais simplement qu'on mette moins de pression sur cette décision, j'aimerais juste que de temps on rappelle que peu importe la formation ça peut nous apporter, qu'on peut se tromper mais que cette décision n'est pas totalement irréversible, en particulier dans le supérieur.

    Je finirai en vous disant simplement de vous informer au maximum, de ne pas hésiter à demander aux étudiants, lorsque vous avez la possibilité de les rencontrer, leur contact (adresse mail, ...), ceux qui sont présents aux portes ouvertes et/ou salons sont en général volontaires et sont là parce qu'ils veulent vous aider, présenter leur formation.

     

    Voilà, je suis partie un peu dans tous les sens et je crois que ce n'est pas toujours très clair, j'ai abordé des choses que je ne voulais pas forcément aborder dans cet article et j'ai aussi oublié plein de choses, mais j'aurais dû le faire avant. Enfin bon, j'espère que ça vous aura intéressé quand même et n'hésitez pas à donner votre propre avis dans les commentaires, ça me ferait plaisir d'échanger avec vous sur ce sujet (même si je ne promets pas d'être hyper réactive).

     

    D'autres articles que j'ai écrit sur l'orientation, qui pourront peut-être vous aider :

    Pourquoi j'ai choisi la filière ES ? (Conseils sur l'orientation après la seconde)

    Orientation (Conseils sur l'orientation de manière générale, et notamment après la terminale)

     

    Et je vous invite à aller lire les articles des autres participants :

    Tsunn : Eklabug 30 - Janvier 2018

    Ella! : { Eklabugs } L'orientation

    Eyael_ : Projet Eklabugs : Tous les chemins mènent à Orion

    Gaellah : Le Chemin de l'Orientation

    Sname : [Eklabugs] Orientation (2): comment trouver sa voix? 

    Enavres* : Eklabugs #30 - Orientation

     

    Je reviendrai probablement la semaine prochaine pour un article assez court, on verra bien, ça dépendra de ce que j'aurais à faire. En tout cas, je vous souhaite de trouver votre voie, peu importe le temps que ça vous prendra.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Nono
    Mardi 30 Janvier à 08:26
    Tres bien ton article. Je suis bien d'accord avec toi sur la pression quon met aux lycéens. Perso jai su qu'a la fin du 1er trimestre de terminale ce que je voulait faire et aucun rapport avec la spécialité (ES) où j'étais. Donc pas de stress chacun finit par trouver sa voie cest pas facile certains de mes amis ont changé d'orientation 1 voir 2 fois mais ont fini par trouver. Parole d'étudiante. Bisous
    • Voir les réponses
    2
    Mardi 30 Janvier à 12:13

    Je suis tout à fait d'accord toi kiki ! On nous pose cette question existentielle depuis qu'on est tout petit et j'ai toujours répondu que je ne savais pas. Au fil des années, les réactions de ceux qui me posaient la question sont devenus plus graves, jusqu'au fameux "mais faut qu'tu bouges les fesses, ça va pas se faire tout seul". Ben si, ça devrait. Une orientation ne se choisit pas, elle est en nous en quelque sorte. Si ton cerveau te dit que tu es fait pour les langues, tu ne vas pas choisir une prépa en mathématiques parce que tes profs t'ont dit que tu avais les capacités. Et pourtant c'est encore ce qu'on fait en France. Moi je me suis basée sur ce que j'aimais. La seule chose que j'adore, c'est travailler les phrases et les mots, les couper pour essayer de les comprendre, mettre des couleurs partout et ranger les morceaux de mots en sens. Et ce que j'aime, je ne l'ai jamais appris au lycée. Ça ne m'a pas empêchée d'aller dans une licence où il y a ce que j'aime, mais en plus d'autres choses.  Je suis bien où je suis et pourtant je ne sais toujours pas "ce que je veux faire". Et tu sais quoi ? C'est qu'ils nous envoient encore des pseudo conseillères à la fac pour faire des dossiers sur "ce qu'on veut faire". C'est ouvrir les ados et leur faire chercher qui ils sont que la France devrait faire.

    • Voir les réponses
    3
    Mardi 30 Janvier à 18:50

    Un autre problème qui a provoqué par mal de blocus dans des lycées voisins, c'est aussi que, c'est bien bien de retirer l'algorithme aléatoire pour sélectionner les élèves et de les choisir "humainement", mais c'es pas ça qui crée des places... On verra bien ce que ça donnera. Etant moi même en Terminale (qui galère bien pour cette fameuse et pointue question qu'est l'orientation), les résultats sont à voir, mais c'est vrai que des structures supplémentaires, ce serai, comment dire, cool ? de la part du gouvernement.

    Tous à la rue pour manifester, qui m'aime me suive !

    • Voir les réponses
    4
    Mardi 30 Janvier à 19:11

    Je pense que ce qu'y est aussi important, quand on commence à se diriger vers une branche de métier c'est de discuter avec des professionnels, et pas forcément des professeurs de la formation. Ceux qui travaillent dans les domaines où l'on aimerait nous aussi travailler sont ceux qui sont, selon moi, les plus aptes à répondre, mais on pense pas forcément à le faire. Ça peut être bien de leur demander des renseignements, par mail comme tu le dis. 

    En lisant ton article, ça m'a donner une idée, que j'aurais peut être du ajouter au mien. Je pense que ça peut être de intéressant de faire un stage, ou une journée d'immersion dans des formations, sur des lieux de travail pour vraiment se rendre compte de ce qu'y ait fait. Je sais que dans ma formation on est obligé de faire un stage, mais au final je trouve ça vraiment bien car on va pouvoir s’apercevoir des attentes, et si ça se trouve, on va se rendre compte que ça nous plaît pas. Mais dans tous les cas ça nous aura enrichi. 

    • Voir les réponses
    5
    Mercredi 31 Janvier à 20:55
    Et bien je comprends pourquoi tu n'étais pas sûre d'avoir le temps de finir ton article à temps : tu en avais des choses à raconter. Bon conseil ça demander à d'autres étudiants. Mais il faut aussi apprendre à se connaitre soi et à savoir si un idéal correspond à ce que vous êtes vraiment. Si vous aimez bouger, ne vous lancez pas dans une filière où vous serez cloitré dans un bureau et vice-versa. Et puis dans la vie on change et il faut se ménager des possibilités de réorientation. On ne peut pas se connaitre à 17 ans, c'est bien trop jeune.
    • Voir les réponses
    6
    Jeudi 1er Février à 20:16
    Je suis d'avis que tant qu'on est pas dedans, on peut pas savoir. C'est horrible et dur, mais franchement même l'avis d'un étudiant qui a fait le parcours que tu voudrais faire, parfois ça aide pas. Comme tu dis, certains ne savaient pas qu'il y avait de la bio en psycho… Tant qu'on est pas dedans, on sait pas !
    Ou alors il faut avoir un frère ou une soeur qui l'a déjà fait… quelqu'un qui travail ça à la maison, c'est différent je trouve…
    • Voir les réponses
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :